Ftour Genie Maroc, Vendredit et Daniel gate en une seule soirée, l’énorme ascenseur émotionnel

Hier était une de mes plus spéciales journées, après avoir terminé mes tâches journalière à El jadida, je me suis dirigé vers Casablanca ayant été invité par l’association Genie Maroc à un sympathique ftour au café l’Alexandrin, avec comme thème « Oser entreprendre », plus de 40 jeunes ont pu discuter autour de la question de l’entrepreneuriat, en ayant comme références 4 entrepreneurs invités dont moi même, Taher Alami, Ismail Lahssini et Nabil Sebti.

Cet événement étant terminé aux alentour de 22h00, je me suis dirigé vers le café Le Quotidien à 300 mètres pour essayer de rattraper la première édition du VendredIT, auquel j’avais été invité par son initiateur, mon ami Hamza Aboulfeth. Le thème de cette première édition étant le podcasting et videocasting, cet événement est sous la forme de rencontre entre des professionnels établi sur la scène, qui partagent leur expérience avec des initiés et des novices.

Ces deux événements marquent une soirée entrepreneuriale par excellence, organisés par des jeunes de ce pays, pour des jeunes de ce pays, animés tous par une envie de s’entraider pour s’améliorer et créer de la valeur au sein de ce pays.

Le #danielgate ou la douche froide

Joyeux, content, de retour chez moi, je me retrouve à consulter les réseaux sociaux où je tombe sur des scènes choquantes et humiliantes pour un peuple plein de dignité, qui a voulu protester contre le pardon royal octroyé à Daniel, l’espagnole ayant purgé deux ans de prison des 30 prévues pour avoir violé et filmé 11 petits enfants marocains. Ces manifestants fiers de leur marocanité et de leur engagement et appartenance à ce pays ont scandé des slogans pacifiste, ils étaient des bloggeurs, des twitteurs, des cadres, des chefs d’entreprises, des journalistes, des étudiants, certains même ont manifesté en famille, donnant à leur enfants un avant-goût de la « harmaka » à la marocaine, les initiant ainsi à l’art de protester dans le plus beau pays du monde.

Au fur et à mesure de mes visionnage, je rencontrait des témoignages de visages et non que je connais parfaitement, pour leur engagement aux questions nationalistes, entrepreneuriales ou associatives, j’ai vu Younes et Nadia en sang, j’ai eu Riad au téléphone qui me racontait des scènes dignes d’un champs de bataille, Houda, Ghali, Maria et les autres ont eu leur part du gâteau, mais j’ai surtout lu des témoignages de journalistes et artistes marocains qui y ont aussi goûté.

Suivez l’affaire

Aux utilisateurs de twitter et facebook, suivez les hashtags #danielgate #لا_للعفو_عن_مغتصب_الأطفال

Pour suivre en direct les réaction et couverture sur les réseaux sociaux :

Jusque là, des supports comme Le monde ou France24 ont couvert ces manifestations disproportionnellement réprimées, j’ai lu seulement des réactions de la part du ministère de la justice, le silence radio règne en maître chez nos chaînes comme nos élus. Ceux qui regardaient le match du Barca hier n’ont rien vu, à nous de les informer.

Mes trois événements de cette soirée ont toutefois un point commun, ils sont animés par des jeunes et moins jeunes marocains qui rêvent d’un Maroc meilleur pour leurs enfants, quant au miens et je l’ai dis dans mon denrier tweet d’hier, je pense sérieusement les avoir ailleurs.

 

Rendez vous sur les réseaux sociaux, et pourquoi pas, dans une prochaine manif, plusieurs sit-in et manifestations sont prévues un peu partout au Maroc, nous ne lâcherons pas prise pour autant, le marocain a la peau dure, très très dure.