Mon interview sur Al Jarida Al Aoula

Le quotidien marocain Al Jarida Al Aoula a publié dans son édition week end du 02 et 03/08/2008 un interview avec moi, en tant que cogérant de l’entreprise ADK Media à  EL Jadida et administrateur du portail Eljadida.com, lors de cette interview, notre ami Tarik Saadi m’a questionné sur les choix et lignes directrices du portail Eljadida.com, les raisons de sa création et su mes avis sur le web marocain et la blogoma en particulier.



[ Cliquez ici pour lire l’article original en arabe ]

Al Jarida Al Aoula : Pouvez-vous vous présenter à  nos lecteurs ?

Driss LEBBAT : Je m’appelle Driss LEBBAT, 30 ans, je suis webdesigner et développeur web sur ADK Media, une agence que j’ai créé avec mon frère Adil en 2006. J’ai commencé le développement par mes études en électronique industrielle ce qui m’a rendu la tâche facile à  coder en utilisant un langage destiné au web; Pour le design, je suis né d’un père calligraphe et artiste peintre, donc j’étais bercé dés mon plus jeune âge dans le monde des arts, du design et de la publicité; On peut dire que dans cette partie de mon domaine je suis autodidacte à  100%. J’avais commencé à  travailler sur des mini travaux sur mon site personnel Doukkali-design.com en 2003 avant de fonder mon agence en 2006.

Vous êtes l’un des premiers webmasters marocains qui ont lancé un e-magazine ? Pourquoi ce choix de magazine électronique et pas sur papier ?

Le choix du magazine électronique est venu tout seul, je n’ai pas de formation en journalisme et je n’avais pas l’expérience de l’édition sur papier, le magazine électronique était la seule façon pour moi de parler de ma ville et de créer cet espace d’échange et d’information pour la ville d’El Jadida à  travers un magazine électronique, ajoutons à  cela qu’à  l’époque, il n’y avait pas beaucoup de sites communautaires ni beaucoup de sites qui parlaient de la ville ou j’ai grandi. Je suis parti de l’idée que pour pousser notre ville ou notre pays à  aller de l’avant chacun de nous doit donner un peu de ce qu’il fait; Moi je concevait des sites web, donc je me suis dit que je vais mieux aider ma ville si je réservais un peu de mon temps dans la même activité que j’exerce chaque jour.

Et Vous travaillez seul sur Eljadida.com?

Il faut noter que le portail Eljadida.com n’est pas le fruit de mon travail tout seul, il y aussi beaucoup de gens derrière, une équipe qui se compose des membres de notre entreprise ainsi que d’amis ou sympathisants qui nous aident tout le temps; Ajoutons à  ceux là , les membres qui ont accès au site et qui l’alimentent chaque jour par des articles, commentaires ou discussions sur le forum. Le site est devenu en trois ans un espace incontournable o๠l’on trouve l’actualité de la ville en articles ou photos, les évènements, espace associations et discussions, il y a aussi les services pratiques comme l’horaire des prières, du train, pharmacies de gardes… etc. Notre travail est devenu, un travail de terrain avec une jeune équipe qui recoupe l’information et la transmet sur le site au jour le jour sans perte de temps.

Internet se distingue du magazine papier par deux points essentiels : l’information est donnée aux visiteurs à  un temps plus court et donc cela a plus d’impact sur la population, le deuxième avantage est qu’un portail internet dispose de la fonction d’archivage que beaucoup de magazine papiers n’ont pas, un article sur un site internet ne s’éteint jamais, on peut le poster aujourd’hui et le retrouver dans 10 ou 20 ans et c’est cela, la force d’internet.

Pourquoi justement ce choix local? Y-a-t il assez d’internautes a El Jadida pour s’aventurer dans ce projet ?

La motivation de créer Eljadida.com est venue de notre amour à  notre ville, c’est une contribution -hors du sentier officiel- à  son épanouissement et sa publicité à  l’échelon national et international. C’est une plate-forme ouverte sur laquelle on ajoute nous-mêmes un contenu ou juste on modère les contributions des autres internautes.

La force d’Eljadida.com est qu’il est ouvert à  tout le monde qui peut y ajouter ce qu’il veut, ça peut être une association qui voudrait parler de son activité, d’une école qui organise un événement et veut le faire connaître, d’une administration qui voudrait lancer un communiqué ou inviter des gens à  une manifestation, pour nous c’était un choix stratégique dans notre vie de jdidis et dans notre activité d’agence web. Au Maroc, l’on manque de portails de villes qui parle aux habitant en employant un langage de proximité. On avait effectué un mini sondage auprès des pères et mères de familles sur l’utilisation d’internet, ils nous disaient toujours qu’internet pour eux c’est juste pour les études de leurs enfants, et ils nous posaient la question suivante: « Qu’est ce qui me touche directement dans ma vie de tous les jours et que je pourrais trouver sur internet? » Nous avons constaté que c’est vrai, au Maroc on n’a pas ce service direct qui sort du cadre de l’information nationale, et qui pourra toucher le marocain dans son contour direct. Là  on peut dire qu’une partie de nos objectifs a été atteinte, car actuellement on touche les petits comme les grands par un contenu sérieux, bien étudié et très bien présenté, en témoigne les 3500 visiteurs en moyenne qu’on arrive à  avoir chaque jours sur Eljadida.com

Vous êtes quelqu’un qui suit l’actualité des blogs marocains, que pensez vous de la blogosphère marocaine ou ce qu’on appelle la « Blogoma » ?

La blogoma est un très grand espace de fraternité et d’échange, personnellement, blogger m’a permis de découvrir notre Maroc, d’avoir plein d’amis et de me faciliter la rencontre des gens soit au niveau personnel ou professionnel. Je gère actuellement deux blogs, Transpuz.com qui est mon blog personnel et Doukkali-design.com qui est devenu le blog de notre entreprise; Néanmoins, j’ai une toute petite remarque, à  mon avis, la blogosphère marocaine est divisée en deux parties, l’une francophone et l’autre arabophone, et c’est lamentable et inacceptable de constater qu’entre les deux parties, il n’y a pas une cohabitation homogène à  travers les liens, commentaires ou même les rencontres et manifestation organisés au sein de la blogoma. A travers cet entretien, je voudrais lancer un appel à  tous ceux qui tentent d’institutionnaliser la blogoma au sein d’union, fédération ou même association de bloggeurs, je crois qu’un blog est un espace personnel ou professionnel qui ne devrait pas sortir de son cadre privé.

Croyez vous qu’internet au Maroc vaincra tous les modes classiques de communication dans le pays?

Absolument Oui, même si je pense que c’est encore tôt de le dire, mais avec les nouvelles offres des fournisseurs d’accès de moins en moins chères, l’accès à  internet dans les foyers et entreprises marocaines devient plus facile. Le Maroc est un pays de jeunesse, et cette génération marocaine émergente est plus initiée au monde du web que sa précédente, donc je vois qu’au futur, le Maroc comme tous les pays du monde connaitra un vrai décollage dans le monde de la presse électronique.

Propos recueillis par : Tarik Essaadi