Phrase du jour : On a perdu beaucoup de temps sur Facebook

L’un des premiers articles que j’ai lu ce matin au lit, parlait de personnes qui commençaient à quitter Facebook, et l’une des dernières personnes avec qui j’ai discuté aujourd’hui, me parlait justement de la perte de temps fou, que nous accusons sur le plus célèbre des réseaux sociaux. Ceci me ramenait au questionnement interminable que je me pose depuis plusieurs semaines, dont les effets ont été ressentis fortement par mes amis et « fans » sur facebook, à qui je fais subir des va-et-viens sans limite, pimentés de statuts sur ma proche disparition numérique, ou ma nouvelle page qui vient de naître, ou même celle qui va bientôt disparaître.

Depuis plusieurs semaines, disais-je, je suis infatigablement étourdi, à l’idée de répondre à une simple question : « Facebook, to stay or not? », le pours sont multiples: présence professionnelle oblige, me pousse à rester fidèle à mes followers et amis numériques, pour échange de bonne manières et de bonnes intentions, mais sous quelle forme? page ou profil? et à quel prix? absence de vie privée et impossibilité de filtrage optimal? les contres sont aussi multiples: perte de temps, non-mesurabilité des ROI, mais surtout, engagement virtuels de la communauté qui n’a d’engagement que le… Nom, malheureusement.

Oui Yasser, on a perdu beaucoup de temps sur Facebook, mais comme dit l’adage « Il vaut mieux vivre avec des remords que de vivre avec des regrets… », je me résignerais alors à une page où je publierais ce qui me passe encore par la tête à mes moments de liberté, et à un profil quasi-fermé pour garder contact avec les gens que je connais IRL, mais surtout, garder un contenu régulier sur mon blog, à l’ancienne comme on disait tout à l’heure.

Bonne nuit la planète.