Quand les îles féroés baignent dans le sang

Je me réveille aujourd’hui sur une série d’articles sur un événement très particulier, ou un massacre très particulier… malheureusement perpétré chaque année (heureusement que ce n’est pas chaque semaine ou chaque jour). Ne vous laissez pas enchanter par la photo ci-dessous, car le reste est plus « saignant ».

Les îles Féroé constituent un groupe de 18 îles situées dans le nord de l´Europe, entre la mer de Norvège et le nord de l´Océan Atlantique, approximativement équidistantes de l´Islande, de la Norvège et de l´à‰cosse.

Une tradition annuelle est perpétrée sur cette partie du globe : celle de s’acharner chaque année sur un troupeau de dauphins et autres globicéphales et les tuer sans merci.

J’ai reçu quelques images de ce carnage par email, puis j’ai googlé un peu sur la chose, et c’est là  que j’ai découvert que l’ampleur du massacre, j’ai ressenti une grande honte en voyant ces images, ce qui m’a poussé à  partager le sujet de massacre du globicéphale. Je sais qu’il y a plus d’horreurs ailleurs… mais ce sont de pauvres bêtes qui sont massacrés juste pour LE FUN.

Je vous partage un passage trouvé sur vivalille.com :

« Pour des raisons de traditions, il ne se passe pas une saison sur les Iles Féroé sans que des bateaux à  moteur encerclent les globicéphales (Globicephala melaena) passant à  proximité des côtes, pour les ramener dans une baie peu profonde. Ils sont ensuite attrapés puis tirés sur la plage au moyen de longues gaffes munies d´un crochet leur infligeant de profondes blessures, souvent aux yeux ou dans l´évent. Les chasseurs s´efforcent ensuite d´achever l´animal au couteau, lui sectionnant la carotide et la moelle épinière en tranchant profondément juste derrière l´évent. Mais fréquemment ils n´y parviennent pas et l´agonie se prolonge alors plus de 15 minutes. Le reste du groupe assiste au massacre, et les cétacés saisis d´une terreur panique s´infligent quantité de blessures supplémentaires. La totalité d´un troupeau de globicéphales, femelles enceintes et petits confondus, est ainsi exterminée au cours d´une prétendue “manifestation folklorique”. Les dauphins qui accompagnent fréquemment les globicéphales sont eux aussi massacrés sans merci. »

Le massacre par la pratique

Les chasseurs de cétacés des Iles Féroé plongent à  plusieurs reprises leurs gaffes de métal lourdes de plus de 2 kilos dans la chair de ces globicéphales. Puis lorsque le croc est acrroché, ils enfoncent un couteau d’environ 15 centimètres dans la nuque à  travers la couche de graisse et la chair. Hurlant de douleur, les dauphins meurent après une agonie plus ou moins lente. Il faut bien savoir que ce massacre collectif est une véritable tradition dans ces îles, à  tel point que les enfants mêmes y assistent, étant mis spécialement en congés afin de pouvoir assister à  ce carnaval cauchemardesque!

Assez parlé, here’s the pic :

Lire aussi :
Sur Terreetmer
Sur Greenpeace.org
Sur Dauphinlibre.be