Surmenage permanent…

Elle me dit toujours: « Driss baraka 3lik » (ca suffit en français) en référence à  mon travail tardif le soir, ou bien tout simplement quand je bosse trop et que je ne prends aucun jour ni heure de repos…

Je dois avouer que je vis dans un surmenage permanent, un surmenage dû en grande partie à  ma désorganisation forcée, oui je l’avoue, parfois je deviens désorganisé, les projets du bureau (l7amdolillah), mes engagements familiaux, les mises à  jours clients, déplacements… et les loisirs??? Faut dire que je ne fais pas attention à  cela ces derniers temps, ou bien mieux, à  force de rester scotché devant mon écran je ne compte que des loisirs « numériques », adieu sorties entre copains (dont je n’ai plus qu’un ou deux aussi numériques que moi), adieu voyages foufoux, adieu repos prolongés et adieu marche sur plage que je ne fais que rarement malgré que cette plage est à  100 mètres à  vol d’oiseau du bureau ou de la maison…

Ce train de vie a aussi des effets secondaires, faculté d’adaptation à  une séance prolongée jusqu’a 4 ou 5 heures du matin devant l’écran sans sentir une différence entre la journée ou la nuit, je parlais à  mon STAR un jour de ce phénomène, on se disait que nous étions une espèce à  part, on passe la journée à  voir les clients pour ne s’asseoir bosser que la nuit, et tard la nuit, par fois trop tard la nuit… trop tard ca veut dire quand il n’y a plus de nuit et que la lumière blanchâtre remplace la noirceur…

Le travail de la nuit se passe sur plusieurs étapes, à  partir de 22h00 commence une agitation et indécision à  propos du fait de rester au bureau, je reste ou je ne reste pas? That is the question, la plupart des cas, la réponse est « je reste pour une petite heure », mais après cette petite heure on ne se rends pas compte que le temps court et nous avec, on ne s’y remets que quand on bouge la tête pour voir l’heure, awwah, déjà  minuit, et je vous assure, c’est toujours comme ça.

Faut souligner aussi qu’entre 23h00 et 01h00 on a une super envie d’aller se coucher, une envie qui se dissipe facilement face à  une interface à  finir sur photoshop ou un code PHP à  modeler; passée 01h00 on ne sent plus ce sommeil comme par magie, et l’on se dit « voila, je peux y rester encore un peu », cet « un peu » est indéfinis et peut durer toute la nuit.

La sensation que peu de gens connaissent, est qu’à  04h00 ou 05h00 on a (enfin, j’ai) l’impression d’avoir un nouveau cerveau, une clarté d’esprit que je ne ressens en aucun moment de la journée, et qui me pousse à  rester, oui rester bosser mais, rester et savoir que quand je vais dormir, je devrais me lever tôt, oui tôt et c’est cela le comble, je ne dépasse jamais le 09h00 du matin et 08h30 est une norme.

Je dirais toutefois, MERCI à  Nada qui est toujours près de moi en des cas de mélancolie aigue, MERCI de ne rien dire quand je te réveille au milieu de la nuit pour recevoir un seul gentil petit mot qui me donne une force de continuer, et MERCI encore quand tu me somme d’aller me coucher avant minuit même si je n’exécute pas ton ordre tout le temps.

Celui que vous voyez ci-dessus est un ami tardif qui est toujours à  mes côtés le soir, SALIM, je l’ai depuis presque 5 ans, toujours sur mon bureau en train de me contempler avec ses deux yeux superposés.